INGENIERIE FINANCIERE :

Techniques Et Instruments Des Stratégies Haut De Bilan

 

1°) Aspects Macroéconomiques :

 

  • : Historique, Ressources et Besoins mondiaux
  • : Typologie du losange des attentes (Etats, Investisseurs, Entreprises, Financiers). Le triangle de Mundell, la dérégulation, la finance virtuelle…
  • : Profits, Profils et Savoir Faire Internationaux. L’impact de Bâle III+ Solvency.

 

2°) Aspects microéconomiques :

 

2.1 : Les vecteurs d’investissement haut de bilan. SAVOIR FINANCER :

– La création d’entreprise (spin off, technologiques… horizons ?)

– Les premiers développements et la croissance maitrisée.

– La mutation d’entreprise et les opportunités externes : Fusions, scissions, acquisitions ….

– L’introduction aux marchés financiers  OTC et Structurés

  • Avec ou sans Appel Public à l’Epargne

.           Cas particulier :  Alternext

  • Avec ou sans accompagnement des cotations/valorisations
    • Cas particulier : le contrepartiste ou Apporteur de Liquidité
    • Actionnaires et dirigeants sortants. Théorie de l’enracinement

 

2.2 : Les acteurs du financement Haut de bilan :

Les investisseurs : problématiques respectives, du particulier au banquier d’affaires, de l’industriel au groupe de contrôle, du fonds de pension au hedge fund etc…

  • La communauté financière
  • Les autorités nationales et internationales
  • Les autorités de Marchés financiers

3°) Logique, Techniques et Instruments financiers :

 

3.1 : La logique financière: théorie des équilibres  bilanciels, planification des financements, des refinancements et de l’autofinancement.

 

3.2 : Synthèse des méthodes d’évaluation d’entreprises. Cas particuliers d’estimation en Yeld management de projets symbiotiques (fusions-acquisitions)

 

3.3 : Le nouveau diagnostic financier : Coeurs      de métier, réservoirs stratégiques ó  Actif net corrigé, Goodwill & Badwill,  Les BONS MOYENS MIS AUX BONS ENDROITS.  Coût moyen pondéré du capital. . Etudes de cas.  Application au RNA d’une entreprise côtée.

 

3.4 : Le substrat « capitaux propres » comme résiduel des différences Besoins/Ressources mobilisables hors engagements. L’opposition d’agence Managers/Actionnaires …

 

3.5 : Effets de leviers et risques respectifs. Les plafonnements de taux d’endettement.

 

3.6 : Techniques financières.  Par :

 

* Stratégies juridiques et fiscales (sur-holding dites poupées russes, LMBO, LMBI,  Scission d’actifs titrisés, etc…)

* Stratégies d’adossements, couvertures et cautions (ex : la SURCAPITALISATION ADOSSEE, les ABS….)

* Stratégies d’anticipations des survenances et opportunités: les réservoirs stratégiques, l’OPE, l’absorption, l’ OPR …

3 .61 : La « boîte à outils » de l’ingénieur financier :

  • Le pecking order
  • Détails des titres couramment employés (titres de capital, titres ouvrant droit, obligations diverses, options, futures, warrants, TSS..)
  • Techniques d’autoassureur et réassureur face au rismatrix des souscripteurs potentiels. Risk Management de l’investisseur professionnel face aux aléas d’interprétation administrative. Règles réciproques de prudence. Bancarité des montages financiers et partage des risques.
  • Valorisations d’incorporels (Brevets, licences, Marchés …)
  • Combinaisons spécifiques CT+MT+LT + ∞. Lease back fiscal, économique, financier.
  • Externalisations des potentiels en valeurs prouvées.
  • Rééquilibrage du Business Model en :
    • Sous-unités cessibles, convertibles, évolutives, absorbables
    • Contributeurs FDR/EBE (arbitrage par CGIB) & BU
    • Restructurations en ۞
    • Evenements
  • Certifications des valeurs et des chiffres (via CAC), des perspectives et rendements (via dirigeants hors informations privilégiées) => survaleurs ?
  • Consolidations de Passifs, d’Actifs en Horizons dilutifs, relutifs.

 

4°) La maîtrise des Instruments financiers :

 

4.1) : Les titres donnant accès au capital

4.2) : Les titres optionnels

4.3) : Les titres subordonnés.

4.4) : Les créances convertibles

4.5) : Autres droits  à large spectre : subrogations, nantissements, droits du préteur de deniers.

 

5°) Les marchés financiers :

 

5.1) La notion d’appel public à l’épargne

5.2) Le marché gris (P.I.P.E : private investment in public equity ) et les placements institutionnels. Dette Sénior, junior, mezzanine, etc…

5.3) Marchés financiers : plate formes MIFID,   IPO en OTC, ICO …

 

Programme MASTERPRO-IEE en 9 ECTS =  270 H00

 

  • A déduire 3 ECTS pour les lauréats du cycle « Finance pour ingénieurs »
  • A déduire 3 ECTS pour les lauréats du cycle « Maîtrise des Risques -Risk Management »

 

Admission -Sélection : sur dossier de candidature avec parrainage obligatoire

 

 

Coût des études : 9 ECTS= 2700 € (2017)