De la PME aux plus grandes compagnies internationales, tout au long de la vie de l’entreprise et principalement lors des décisions d’investissements, les décisions sont validés par un business-plan qui démontre leur cohérence avec la stratégie de l'entreprise, leur faisabilité et leur rentabilité. Qu'il s'agisse d'un projet au sein de l'entreprise, de la création ou du développement de l'entreprise, une méthode précise s'impose pour pouvoir convaincre. Cette formation fournit une méthodologie pour construire un business plan et se donner toutes les chances de faire aboutir les besoins financiers d’un projet crédible.

 

 

Programme de la validation Business Plan      (Certificat Supérieur de Spécialité ):

OPTIONS:

- L: BP des TPE  et Pme

-M: ETI et start up d'envergures + montages financiers complexes

-D Bussiness Plan des grandes entreprises, des institutions et projets complexes)

 

 

COMPREHENSION  En amont :  savoir interpréter le contexte projectionnel, l’analyse des macro tendances (savoir utiliser les matrices de PESTEL a SWOT) et les perspectives objectives du secteur envisagé avant/après projet.

Rappel sur la théorie des investissements et la gestion des risques d’incertitudes (notions de probabilités):

1 - Définir le business plan

·         Utilité : concevoir, convaincre, échanger, piloter, tracer les objectifs et résultats, les moyens et les effets. Différentiations stratégiques et tactiques.

La forme et le fond d’un BP et ses différentes versions : à qui, pourquoi ? L'identification des besoins des interlocuteurs impliqués dans la démarche (entreprise, investisseurs...).  La scénarisation de l'histoire en fonction de la cible visée par le B.P.

 

·         La cohérence synthétique des objectifs commerciaux, des prévisions financières et la justification des capacités de production.  La justification managériale.

 

  Les différents formats de présentation.   Le contenu standard, les principes généraux de construction.   Les outils exploitables pour les présentations.   Le passage de la logique économique à sa traduction financière

 

Tout communiquer ? Secrets de fabrique, discrétion commerciale, risque d’utilisation abusive du B.Plan.  Clauses de confidentialités et responsabilisation du lecteur.

 

Valeur juridique du BP : simple perspective ou document contractuel ? Rien ne se passe jamais comme prévu : traitement juridique des évolutions circonstancielles.

 

  2- Communiquer sur la justification et la rentabilité économique du projet

Notions d’utilité, de contribution marginale, d’amélioration des performances et/ou de centre de profit.

·         Flux de trésorerie d'investissement et d'exploitation : flux de trésorerie disponible (free cash-flow).

·         Comprendre l'actualisation. Choisir un taux d'actualisation cohérent avec le risque du projet.

·         Interpréter les critères : délai de retour (pay-back) non actualisé et actualisé, valeur actualisée nette (VAN) ; taux de rentabilité interne (TRI) ; indice de profitabilité (IP).

·         Illustration : Rentabilité d'un investissement de productivité.

 

2- Contenu

 

2.1 marketing

·         La connaissance du marché et de ses segments. Etudes de marchés : méthodes, fiabilité, forces et faiblesses des innovations frontales/marginales. Commentaires sur les études de marchés.

·         Interprétations marketing, constructions d’hypothèses (haute, medium, basse) et prévisions de ventes. Crédibilité des prévisions : comment les justifier méthodiquement sans réfutation systematique..

·         Le positionnement et les parts de marché : quel horizon pour quel Bussiness Plan ? (Airbus : 50 ans ; sandwicherie de tourisme : 3 mois)

·         L’interrelation entre prévisions commerciales et prévisions financières.

 

2.2. EXPLOITATION :  Élaborer des prévisions d'activité crédibles

 

·         Les prévisions d’exploitation et la justification des moyens nécessaires

o    La notion de cœur de métier et la décomposition rationnelle des moyens à internaliser ou externaliser

o    La définition des relation commerciales avec les tiers : clients, fournisseurs, tiers : quels rapports de force induisent quels moyens pour quel fonctionnement ; cohérence au positionnement stratégique et aux choix tactiques.

o    Les prévisions détaillées par pans organisationnels :

§  Prévisions de production et tableau de bord spécifique

§  Prévisions de ventes et tableau de bord spécifique

§  Prévisions d’investissements et tableau de bord spécifique

§  Prévisions d’affectation des ressources humaines et tableau de bord  spécifique

§  Prévisions de trésorerie et des flux financiers

3) Le  financement et les prévisions financières

* Les comptes de résultats prévisionnels selon l’optimisation des ressources  prédéfinies

* Les tableaux emplois ressources. La notion de réservoirs stratégiques hors bilans.

* Les bilans prévisionnels a horizon adapté selon x hypothèses : contenu, précision, regroupement de postes comptables, affectation des provisions …

* Le traitement en annexes des difficultés d’interprétations : par exemple la durée d'analyse et le choix des valeurs résiduelles. Les effets de seuils d’équilibres et l'équilibrage financier global du projet à terme.

* Le coût du capital et des différentes sources de financement  (CMPC)

 

 

4 - Simuler plusieurs scénarii

·         Simuler des plans d'action alternatifs sur la rentabilité et la trésorerie

5 -  la prévision financière à MT

·         Justifier le plan de financement, commenter les bilan, comparer les ratios.

·         Évaluer les choix de financement.

6 - Évaluer les risques

·         Définir les risques, sensibilité, scénario à l'abandon (crash plan).

·         Réévaluer les menaces concurrentielles ou technologiques,  et les alternatives (slippage, adossements, partages de risques, assurances, garanties intrinsèques/extrinsèques..)

·         Synthétiser : point mort a seuils multiples, probabilité d’aboutissement du scenario medium et volatilité des scenarii extrêmes

·         La certification externe :

  • Validant de références
  • Les commentaires d’experts
  • Les forum presse/web et opinions spectaculaires /insignifiantes
  • Info/intox : le double regard du rédacteur auto-critique : l’antithèse.

7 - Présentation du projet à l'écrit et à l'oral

·         Les questions clés qui doivent être traitées obligatoirement

·         Le travail de rédaction : littéraire, juridique, financier, ingénierie : les 3 niveaux de rédaction et les versions combinées selon la discrétion requise.

·         Le traitement des alternatives écartées, la justification rationnelle des choix et de leurs conséquences financières (surcouts/bénéfices) , incidences du projet sur l'entreprise.

8 -  La traduction du B.Plan  en  plans d'action opérationnels avec fiches d’objectifs et moyens par intervenant du projet.

9- L’ appréciation d’un B.Plan :

·         Analyse de plans type, et des erreurs les plus courantes.

L'évaluation de la robustesse du modèle et du projet.

Comprendre le regard aguerri des professionnels et les contraintes qui en résultent